Le projet Čao Laru

 

  

Čao Laru, c'est un dialogue entre sept voix, parfois une danseuse, et une ribambelle d'instruments d'ici et d'ailleurs : violon, cavaquinho, violoncelle, pandeiro, guitare, accordéon, saxophone, contrebasse, percussions, ...

 

Dans notre répertoire, des chants polyphoniques et des rythmes des mondes que nous traversons, au carrefour entre les Balkans, le Brésil, et la France. 

Des compositions nourries de nos voyages, et des arrangements de morceaux traditionnels des pays que nous parcourons, un répertoire festif et coloré en interaction avec le public.

 


Čao Laru, c'est aussi un projet de voyage.

 

De coins de ruelles en places pavées, de marchés colorés en troquets bondés, de stations balnéaires en villages reculés, on part à la rencontre de ceux qui croiserons notre route pour partager un peu de nos vies grâce à ce formidable lien qui ne connaît pas de frontières, la musique.

En Amérique du Sud, nous voyageons nous, nos instruments, notre système de son et nos valises, dans un joli combi blanc qui manque de s'envoler à chaque coup de vent.

 

Quand nous sommes en Europe, nous vivons dans un grand, vieux mais robuste camping-car dans lequel on peut dormir et manger.

Depuis un an et demi, nous nous consacrons à ce projet pour le faire vivre. Nous  avons donné plus de 250 concerts en France, Europe de l’Est, Brésil, Argentine et Mexique.

 

Dans des centres culturels, des théâtres, des maisons de retraite, des festivals, des café-concerts, chez l'habitant, dans la rue, lors d’ateliers …

 


Čao Laru ("Ciao la rue!"), c'est ce qu'on se dit quand on se rencontre aussi bien que quand on se sépare.

 

Čao Laru, c'est une exclamation, une invitation à partager, à se laisser surprendre,  à voyager.